VVVT NAMAKWALAND MARCHENT POUR LEUR DROIT DE DIRE NON !

Le droit de dire non aux manifestations contre l'exploitation minière

VVVT NAMAKWALAND MARCHENT POUR LEUR DROIT DE DIRE NON !

Le Vrywillige, Vooraf en Voordurende Ingeligte Toestemming (consentement libre, préalable et éclairé) ou VVVT Namakwaland est un mouvement social du Cap Nord, en Afrique du Sud, qui rassemble des militants et des membres des communautés de différentes villes et villages du Namaqualand. Ces communautés partagent une longue et douloureuse histoire de dépossession des terres, qui a commencé à la fin des années 1800, et d'extraction illégale et continue de ressources naturelles, telles que le cuivre, sur leurs terres communales. Les droits miniers sur leurs terres ont été accordés à des sociétés minières par différents niveaux de gouvernement pendant des décennies, sans leur consentement. Ces ressources ont été exploitées pour enrichir les directeurs et les actionnaires des sociétés minières, tandis que les membres des communautés ont été réduits à des travailleurs subalternes et mal payés sur leurs terres. Les communautés, qui vivent en communion avec la terre depuis des générations, n'ont reçu que peu ou pas de bénéfices de la richesse qui leur appartient.

 

Pour faire face aux impositions du gouvernement et des compagnies minières, le VVVT Namakwaland, avec des membres des communautés des villes de Concordia, Nababeep, Pella, Port Nolloth, Komaggas, Hondeklipbaai, Alexanderbaai, Sanddrift, Kuboes, Spoegrivier, Kharkams et Steinkopf, marchera jusqu'à la municipalité du district de Nama Khoi. C'est là que les représentants du gouvernement local et des départements du gouvernement national, y compris le département des ressources minérales et de l'énergie (DMRE) et le département du développement rural et de la réforme agraire (DALRRD), recevront leur mémorandum.

 

"Ce terrain a toujours été le nôtre. Notre communauté n'en a jamais bénéficié. Le jour où les mines ont fermé, nous nous sommes retrouvés sans rien". -Arthur Cloete, Association des propriétés communales de Concordia 

 

Les communautés en ont assez des promesses non tenues du gouvernement et des compagnies minières. Des centaines de millions de rands ont été extraits d'Afrique du Sud, alors que les communautés manquent toujours de services de base tels que l'eau, l'électricité et les soins de santé primaires, tous inscrits dans notre Constitution. Les infrastructures défaillantes, comme les routes, sont parsemées de nids-de-poule causés par les camions transportant de grandes quantités de cuivre à travers les villes. 

 

Des entreprises comme Alexkor, une société publique d'extraction de diamants, qui a profité pendant des décennies des ressources du peuple Richtersveld, doivent à la communauté près de 190 millions de rands. Malgré l'immense richesse de leur terre et de ses minéraux, le Richtersveld est l'une des régions les plus pauvres d'Afrique du Sud. Lorsque le prix du cuivre a chuté dans les années 1990, certaines des plus grandes sociétés minières ont fermé leurs portes, laissant les communautés du Namaqualand sans emploi et des villes autrefois prospères devenues des villes fantômes. 

 

La feuille de route de la société de l'hydrogène pour l'Afrique du Sud 2021 désigne Boegoebaai, dans le Richtersveld, comme site principal pour la production d'hydrogène vert et indique que 240 000 hectares de terres communautaires bien irradiées et bien positionnées seront utilisés pour l'énergie renouvelable afin d'alimenter l'usine d'hydrogène vert. Ces terres appartiennent à la communauté, mais celle-ci n'a pas été suffisamment consultée et n'a pas donné son accord pour que des milliers d'hectares de terres communales soient utilisés par le gouvernement pour la production d'hydrogène vert. Le gouvernement a proposé de louer les terres de la communauté à R3 par hectare et par an pour 170 000 hectares, ce qui est bien en dessous de la valeur du marché.

 

Alors que les demandes et les plans de développement continuent de bombarder nos communautés, nous continuerons d'exiger que nous soyons OBLIGATOIREMENT consultés et que notre DROIT DE CONSENTEMENT sur nos terres communales et nos ressources naturelles soit pleinement respecté par le gouvernement et les entreprises. En tant que communautés indigènes du Namaqualand, nous ne sommes pas opposés au "développement", mais nous voulons déterminer à quoi ressemble ce développement dans nos communautés et comment il nous profite. Nous dirons NON à tout développement qui porte atteinte à nos droits fonciers, menace nos ressources naturelles et détruit nos familles et nos communautés. 

Délivré par VVVT (Vrywillige,Vooraf en Voordurende Ingeligte Toestemming) Namakwaland.

VVVT (Vrywillige,Vooraf en Voordurende Ingeligte Toestemming) Namakwaland

Le VVVT Namakwaland est un mouvement social qui rassemble des activistes et des membres de la communauté de Namakwaland, dans le Cap Nord, afin d'exposer la manière dont nos communautés sont affectées par l'exploitation destructrice des ressources naturelles - l'"EXTRACTIVISME" - et par des plans de développement imposés d'en haut qui ne se soucient pas des droits et des besoins des communautés.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter

Shereen Fortuin

Coordinateur VVVT

Numéro de portable : +27 072 151 3227

Partager cet article