Le consentement et le droit de ne pas dire non Iconographie 10

CONSENTEMENT &
amp;
LE LE DROIT DE DIRE NON

Le consentement et le droit de ne pas dire non Iconographie 12

Le consentement et le droit de dire non !

Les communautés, et les femmes en particulier, se voient refuser le droit de donner ou de refuser leur consentement à des projets extractifs à grande échelle, sur une base libre, préalable, informée et continue. Ces projets sont présentés comme la voie de développement permettant de sortir de la pauvreté en Afrique et de favoriser le développement local et l'emploi des communautés. Au lieu de cela, la réalité est une pauvreté et une inégalité accrues, une destruction écologique, un changement climatique et des impacts sociaux désastreux tels que des bouleversements forcés, la perte d'accès aux ressources naturelles nécessaires à la survie, une mauvaise santé et une violence accrue.

Les femmes sont particulièrement touchées en raison de leurs responsabilités, qui consistent à mettre de la nourriture sur la table, à prendre soin de l'eau et des forêts et à s'occuper des autres. Leur travail non rémunéré est encore plus sollicité lorsque la mauvaise santé et la violence augmentent et lorsque leurs moyens de subsistance sont menacés.

Lorsque les communautés résistent, les entreprises et l'État créent une division communautaire et intimident, menacent et même assassinent les militants et les membres de la communauté. Dans le cadre de ces luttes, les femmes subissent des formes de violence sexualisée et des viols. La demande essentielle des femmes est le contrôle de leur corps en tant que territoire.

Malgré ces violations flagrantes des droits des personnes et de la nature, les femmes et leurs communautés se voient refuser le droit au consentement. Il en est ainsi malgré la reconnaissance du consentement libre, préalable et éclairé (CLIP) par les gouvernements et les organismes régionaux, ainsi que les protocoles, déclarations, constitutions, statuts et droit coutumier qui fournissent la base permettant aux individus et aux communautés de refuser leur consentement.

En partenariat avec des partenaires et des réseaux nationaux, le WoMin s'efforce d'approfondir la résistance à des mégaprojets destructeurs spécifiques dans le secteur des industries extractives sur la base du droit de dire NON. Nous soutenons des campagnes nationales et régionales pour faire avancer le droit au consentement des communautés affectées. Nous soutenons les femmes et leurs communautés pour qu'elles articulent leurs alternatives de développementLe OUI à leur NON. En tant qu'organisation féministe, nous nous concentrons sur l'organisation, la sensibilisation et le leadership des femmes afin qu'elles puissent faire valoir leurs intérêts en matière de développement au sein de leurs communautés. Nous travaillons également à la création d'un ensemble d'informations et de connaissances pour soutenir les communautés activisteset plus particulièrement les femmes, revendiquent leur droit à dire NON.

Pour en savoir plus, cliquez ici