Résister à l'extractivisme vert en Afrique du Sud Iconographie 05

RÉSISTER À L'EXTRACTIVISME VERT
EN AFRIQUE DU SUD

Résister à l'extractivisme vert en Afrique du Sud Iconographie 15

Résister à l'extractivisme vert en Afrique du Sud

L'histoire de l'extractivisme en Afrique du Sud est longue et prend une forme particulièrement toxique en raison de l'héritage du colonialisme et de l'apartheid. Nous assistons à la montée d'une nouvelle forme d'extractivisme et à une nouvelle « ruée » vers l'Afrique au nom de la « résolution » du changement climatique et de la transition des énergies fossiles. Cette nouvelle variante de l'extractivisme comprend la production d'énergie grâce au gaz « vert », à l'hydrogène vert et aux méga-barrages ; l'extraction de métaux et de minéraux verts pour soutenir la production et le stockage d'énergie, les nouvelles technologies vertes telles que les voitures électriques, ainsi que les composants nécessaires aux centrales solaires et aux parcs éoliens à grande échelle. Le « net zéro », le REDD, les marchés du carbone, les biocarburants, l'ensemencement des nuages, entre autres, constituent de fausses solutions qui continuent d'exploiter et de contribuer à l'aggravation des impacts sur le climat.

 

Cette ruée vers l'Afrique est une nouvelle forme de colonialisme qui consiste à s'emparer de nos terres et de nos ressources et à subordonner notre souveraineté, nos droits et nos écosystèmes. La montée de l'extractivisme vert est alarmante et ne répond pas aux intérêts et aux besoins de développement des femmes et de leurs communautés en Afrique du Sud. L'électricité produite par des projets d'énergie renouvelable à grande échelle et l'énergie produite par des projets verts et d'autres projets d'hydrogène bénéficieront largement aux entreprises et aux élites, compte tenu de la nature privatisée de nos systèmes énergétiques, tandis que la majeure partie de l'hydrogène vert sera expédiée hors du pays pour soutenir la transition énergétique du Nord global. L'expansion rapide de l'extraction des minéraux et métaux verts ne fera qu'aggraver la crise à laquelle sont confrontées les communautés rurales dont les terres seront accaparées et les moyens de subsistance détruits avec des compensations et des avantages minimes, voire inexistants. 

 

Notre travail en Afrique du Sud est exécuté dans la province du Cap Nord, une région qui a été largement négligée si ce n'est pour l'exploitation de ses minerais. Nous nous concentrons sur 11 villes du Namakwaland, dont Pella, Concordia, Komaggas, Nababeep, Steinkopf, Port Nolloth, Alexander Bay et les quatre villages de Sanddrift, Khuboes, Lekkersing et Eksteenfontein dans le Richtersveld. Nous soutenons, construisons et éclairons le positionnement politique des femmes et de leurs communautés. Il s’agit de faciliter le processus de transfert des terres communales aux communautés autochtones, d’appuyer les droits de consentement des femmes et de leurs communautés, et de déterminer le type de développement qu'elles souhaitent en apportant un soutien à l'élaboration de propositions (à partir de la base) pour des transitions énergétiques alternatives qui soient véritablement justes et équitables pour la majorité des Sud-Africains.  

 

Parmi les autres activités et points forts du programme, citons l'organisation de notre première école sur l'extractivisme en 2022 sur le thème « Rêver d’avenirs au-delà de l'extractivisme » (Dreaming Futures Beyond Extractivism). Nous avons aidé la communauté de Concordia à devenir la première communauté du Namakwaland à voir ses terres rétrocédées à son association de propriété communale et nous avons soutenu le lancement du mouvement VVVT Namakwaland.(Vrywillige, Vooraf en Voortdurende Ingeligte Toestemming - Consentement libre, préalable et éclairé).