"Des accusations de tentative de meurtre sont portées contre des manifestants pacifiques !

Des membres de la communauté protestent contre la compagnie minière Copper 360, Concordia, Northern Cape

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Pour publication immédiate - 11 août 2023 

"Des accusations de tentative de meurtre sont portées contre des manifestants pacifiques !

En 1956, lors de la Journée nationale de la femme, les femmes ont manifesté pour protester contre les lois racistes injustes qui entravaient leurs déplacements et leurs moyens de subsistance. Pour ce faire, elles ont affronté des hommes blancs armés et menacés de mort. Soixante-sept ans plus tard, dans une communauté appelée Concordia, au Cap Nord, des femmes ont pris la tête de leur communauté pour bloquer pacifiquement l'entrée de Copper 360, une société minière qui extrait illégalement du cuivre de leurs terres sans leur consentement. Pour ce faire, elles ont affronté des hommes derrière des boucliers de police, armés de grenades incapacitantes, de balles en caoutchouc et de gaz poivré. Pour les punir d'avoir manifesté pacifiquement et d'avoir attiré l'attention du public sur cette exploitation minière illégale sur des terres communales, vingt-sept dirigeants communautaires ont été arrêtés, dont de nombreuses femmes et des anciens de la communauté de Concordia. Ils sont accusés de tentative de meurtre, de dommages malveillants à la propriété et d'incitation à la violence publique.

Concordia est une petite ville du Namakwaland, qui a été établie en tant que station de la mission Rhennish en 1852, pendant la période coloniale. Lors de l'établissement de la mission, la communauté a été dépossédée de ses terres pour la première fois. En 1961, un siècle plus tard, leurs terres ont été désignées pour l'installation de "personnes de couleur" et placées entre les mains de l'État de l'apartheid par le biais d'une législation visant à renforcer la ségrégation raciale. Un autre chapitre de l'histoire de la dépossession des terres. Après une longue lutte d'un peu moins de trente ans dans la période post-apartheid, et de nombreux espoirs déçus au cours de cette période, leurs terres ont finalement été restituées à la communauté au début de l'année 2023 sous l'égide de la Concordia Communal Property Association.

Alors que leurs terres étaient détenues "en fiducie" par le ministère de l'agriculture, de la réforme agraire et du développement rural, la municipalité du district de Namakwa et un conseiller local ont autorisé 360 Coal à exploiter des mines sur leurs terres sans le consentement de la communauté de Concordia. C'est la raison pour laquelle la communauté proteste, à juste titre. Imaginez que vous, le lecteur, vous réveillez un matin pour découvrir qu'une compagnie minière creuse à 100 mètres de chez vous. Pour avoir élevé la voix et dit "NON", les communautés sont confrontées à la répression et à de fausses accusations, comme l'a déclaré Shereen Fortuin, membre de la communauté : "Nous ne sommes pas des criminels ! C'est comme si nous n'avions pas le droit de défendre notre terre".

Cette stratégie de violence, d'arrestations et de fausses accusations, menée par la police avec le soutien des compagnies minières et des acteurs locaux corrompus, vise à punir les personnes qui se lèvent, défient les intérêts puissants et élèvent la voix pour dire "PLUS JAMAIS ! Ces poursuites-bâillons ont été contestées avec succès devant les tribunaux de tout le pays par des groupes juridiques d'intérêt public.

Le groupe de vingt-sept personnes comparaît ce matin devant la Springbok Magistrates Court pour être formellement inculpé. La communauté de Concordia et ses alliés, tels que l'Alliance africaine WoMin, demandent que.. :

  1. Toutes les personnes arrêtées sont immédiatement libérées.
  2. Toutes les charges retenues contre les membres de la communauté sont abandonnées.
  3. L'accord légal permettant à Copper 360 d'exploiter les terres de la communauté est jugé illégal et l'entreprise est expulsée.
  4. Le droit de l'APC de Concordia de prendre des décisions concernant sa propriété et son utilisation est respecté par l'État à différents niveaux et par les sociétés minières.

Pour les demandes de renseignements des médias, veuillez contacter

Alexandria Hotz

Coordinateur principal sud-africain, Alliance africaine WoMin

Cellulaire : + 27 82 061 9674

Courriel : alexandria.hotz@womin.org.zacreate new email

Partager cet article